La CCSPA presse la ministre Nathalie Roy de lancer une consultation publique sur le projet Huttopia à la Pointe d’Argentenay de l’Île d’Orléans

Saint-François-de-l’Île-d’Orléans, le 17 avril 2019 – Après plusieurs échanges avec le Ministère de la Culture et des Communications (MCC) qui se sont jusqu’ici avérés infructueux, la Coalition citoyenne pour la sauvegarde de la Pointe d’Argentanay (CCSPA) réitère sa demande d’être entendue par le Conseil du patrimoine culturel du Québec (CPCQ) afin de faire connaître publiquement ses objections à l’implantation d’un site récréotouristique à la Pointe d’Argentenay de l’Île d’Orléans.

En plus des impacts sur le milieu naturel, sur l’agriculture et sur la vie des résidents et agriculteurs de la Pointe d’Argentenay qui furent largement soulignés lors de l’audience publique tenue par la Commission de protection du territoire agricole, la CCSPA entend démontrer devant le Conseil du patrimoine culturel que le projet Huttopia est en complète contradiction avec la nature même du milieu où il entend être implanté et qu’il met vraisemblablement en péril tout développement ultérieur qui irait dans le sens de la conservation et de la mise en valeur de la Pointe d’Argentenay.

Il y sera établi que la valeur patrimoniale de ce lieu est, à n’en pas douter, sous-estimée et que les recherches menées par et pour le compte de la CCSPA mettent en lumière notamment une histoire riche et éclairante sur plus de trois siècles d’occupation humaine.

La CCSPA estime que le projet d’implantation d’un village récréotouristique à la Pointe d’Argentenay, un secteur agroforestier identitaire et emblématique de l’Île d’Orléans, aura des effets négatifs considérables sur la valeur patrimoniale (1) du site. Ce projet semble de plus être incohérent avec les orientations générales et particulières du Plan de conservation du site patrimonial de l’Île d’Orléans, lequel invite entre autres à «préserver les caractéristiques historiques du cadre naturel, notamment celles rattachées à la topographie, à l’hydrographie, à la géographie ainsi qu’au couvert végétal du territoire ».

Pour ces motifs, les membres de la CCSPA trouvent difficilement acceptable

  • qu’une multinationale puisse avoir ses entrées au Ministère alors que les citoyens peinent à se faire entendre et qu’on leur refuse, sans le leur dire clairement, l’accès à un processus d’ailleurs prévu à la Loi sur le patrimoine culturel;
  • qu’ils ne soient pas informés complètement des démarches en cours concernant ce dossier.

C’est dans ce contexte que la CCSPA exige que la ministre de la Culture mette en branle rapidement le processus de consultation publique prévu à la Loi et que tous les groupes interpelés par le projet y soient invités.

Pour information : coalitioncspa@gmail.com et sauvegarde-argentenay.org ; Facebook : Coalition citoyenne pour la sauvegarde de la Pointe d’Argentenay.

Citations

« […] la forêt de Beaulieu, les érablières de l’escarpement nord et la pointe Argentenay sont des ensembles forestiers distinctifs qui doivent leur pérennité à la présence d’un relief contraignant pour l’agriculture. Ces milieux évoquent les forêts qu’ont pu découvrir les premiers habitants de l’île, car ils ont été très peu modifiés au fil du temps à l’exception de leur drainage ». – Lemay + DAA, Étude paysagère
de l’Île d’Orléans, Rapport, janvier 2016, p.15. Les soulignés sont de nous.

« Félix Leclerc fait de l’île le cadre d’un […] roman intitulé Le Fou de l’île, qu’il écrit sur place en quelques mois, isolé dans une habitation sommaire avec vue sur le fleuve Saint-Laurent et la Côte-de-Beaupré, dans une sorte de tête-à-tête avec la nature. Le héros du roman, le Fou, échoue à la pointe est de l’île un soir de grande marée, justement là où triomphe la nature immense et inviolée. Ce Fou recherche un idéal planant entre ciel et terre, une « chose qui vole », presque inaccessible et pourtant fondamentale, l’essence de la vie en quelque sorte». – Fournier, M. (2011), Île d’Orléans, son patrimoine naturel, Histoire Québec, 17(1), 9–13. Les soulignés sont de nous.

Petite histoire du CCSPA

Le 29 avril 2017, Huttopia rencontre l’Association des propriétaires de l’Anse-verte, réunis en assemblée générale, pour demander la permission d’accéder au site à développer par leur chemin de l’Anse-Verte.  L’entreprise reçoit un accueil peu enthousiaste.

Le 1er septembre 2018, le journal Le Soleil publie un article sur ce qu’il appelle « un projet touristique majeur sur l’Île d’Orléans ».

Depuis ce temps, de nombreux citoyens et citoyennes assistent aux réunions municipales et à celles de la MRC et posent des questions pour lesquelles ils n’obtiennent pas de réponse satisfaisante, les élus arguant qu’il s’agit d’un projet privé et que l’on doit s’adresser au promoteur.

Des citoyens de l’Île et d’ailleurs, d’expertises et d’horizons différents se regroupent afin d’obtenir de l’information et étudier tous les aspects de ce projet d’envergure. Ces démarches ont permis de mettre en lumière diverses informations précises et pertinentes provenant d’organismes publics en lien avec le projet récréotouristique Huttopia.

La Coalition citoyenne pour la sauvegarde de la Pointe d’Argentenay reçoit de nombreux appuis d’organismes oeuvrant dans les domaines de l’environnement (Nature Québec et les Amis de la terre de Québec), du patrimoine (Action patrimoine, Fédération Histoire Québec, Association des amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec) et de l’aménagement du territoire (Le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu).

En septembre 2018, la Coalition publie une pétition et se dote d’une page Facebook pour sensibiliser la population aux enjeux associés au développement commercial de la Pointe d’Argentenay.

Février 2019. La Coalition lance son site internet et une campagne de financement qui vise un objectif de 50 000 $.

https://sauvegarde-argentenay.org/2019/02/13/nouvel-elan-de-la-coalition/

Le 20 mars 2019, devant la Commission de protection du territoire agricole la Coalition présente un argumentaire contredisant plusieurs des affirmations faites jusqu’ici par le promoteur Huttopia et ses codemanderesses (Municipalité de Saint-François et MRC de l’Île d’Orléans) en regard du projet de village récréotouristique à la Pointe d’Argentenay.

https://sauvegarde-argentenay.org/2019/03/27/audience-du-cptaq/

Faits saillants

Depuis le mois d’août 2018, de nombreux échanges ont été réalisés avec le MCC. À ce jour, aucune confirmation n’a été apportée quant à la tenue d’une audience auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec (CPCQ), audience maintes fois sollicitée dans nos communications.

Échanges avec le MCC

Disponibles sur notre site à l’adresse https://sauvegarde-argentenay.org/documents-officiels/

(1) « Les valeurs historique, paysagère, architecturale, emblématique, identitaire, insulaire et rurale constituent les valeurs patrimoniales de l’Île d’Orléans ». – Plan de conservation du site patrimonial de l’Île d’Orléans, p. 21.

Un commentaire sur “La CCSPA presse la ministre Nathalie Roy de lancer une consultation publique sur le projet Huttopia à la Pointe d’Argentenay de l’Île d’Orléans

  1. Félicitations à toute l’équipe pour l’excellente offensive mise en place afin que l’on puisse éviter qu’un autre <> vienne saccager le peu qu’il reste de naturel sur cette île…

Leave a Reply to Marc Trudel Cancel reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.