NATURE QUÉBEC – un appui de taille pour la sauvegarde de la Pointe d’Argentenay

Depuis la médiatisation du projet de village récréotouristique d’envergure Huttopia à la Pointe d’Argentenay, la Coalition citoyenne pour la sauvegarde de la Pointe d’Argentenay œuvre à la réalisation des démarches nécessaires à la protection du patrimoine écologique, culturel et agricole de la Pointe d’Argentenay et des droits de ses citoyens.

De manière à financer ces démarches qui nécessitent des expertises d’horizons divers (urbanisme, agronomie, écologie, hydrologie, histoire, droit, conservation, etc.), Nature Québec a généreusement accepté de créer le Fonds pour la sauvegarde la Pointe d’Argentenay.

En plus d’émaner du plus important réseau œuvrant à conserver et à protéger l’environnement au Québec, le Fonds pour la sauvegarde la Pointe d’Argentenay, via ce réseau, permet l’émission de reçus de charité pour tout don de plus de 25 $.

Merci Nature Québec pour cet appui de taille!

Tout l’écosystème de la Pointe d’Argentenay vous en est reconnaissant!

2 commentaires sur “NATURE QUÉBEC – un appui de taille pour la sauvegarde de la Pointe d’Argentenay

  1. Un si beau site laissé à l’abandon des terrains de jeux piscine et bâtiments en décrépitudes, Je ne comprend pas le bien fondé de l’opposition à ce projet, puisque c’est uniquement l’ancien terrain de camping des scout qui serait réaménagé. Aucune terre agricole ne serait touché. le potentiel agricole de l’aménagement projeté est très faible. Les bâtiments d’habitations seraient construits sur pilotis ce qui limite l’empreinte écologique. le nombre de visiteurs serait comparable à ce qu’était le site dans ses belles années. De plus, cela permettrait d’améliorer l’offre de service qu’il y a sur l’île. ( une résidence sur 6 est à vendre, les résidents quittent pour se rapprocher des services et employeurs)

    Jean-Philippe

    • Bonjour M. Dumas,

      Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à la cause. Nous serions intéressés de savoir d’où proviennent vos informations, car elles sont discordantes de celles déposées par le promoteur dans le cadre de la demande d’autorisation assimilée à une exclusion de la zone agricole. Selon les documents officiels, le site convoité est situé en totalité en zone agricole et a un potentiel agricole similaire aux autres terres agricoles du milieu. Les 130 sites projetés débordent largement de l’assiette actuelle du «terrain de camping », auxquels s’ajoutent un centre de vie (restaurant, bar, piscine, aire de jeu), des sentiers, un réseau d’aqueduc et d’égout, 4 stationnements, des résidences pour les employés, etc. Il y aurait sur le site plus de villégiateurs que de résidents de la municipalité. Le projet n’offre aucun service aux résidents de l’Île. Les emplois créés seraient saisonniers, alors qu’on vit justement une pénurie de main-d’œuvre saisonnière. Le projet est intéressant, mais incompatible avec le milieu d’implantation. On peut par ailleurs difficilement dire qu’il est socialement accepté. D’autres alternatives moins intrusives existent. Nous serions ravis de discuter plus amplement avec vous du sujet à un moment qui vous conviendrais.

Leave a Reply to Jean-Philippe Dumas Cancel reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.